SAUTER AVEC LA COLONNE VERTÉBRALE. UNE AFFAIRE DE NERFS.

Résumé:

Connaître ce qui se passe en théorie dans le corps est très utile lorsque l’on s’entraîne à la maîtrise d’une technique spécifique. Quoique, sans réelle expérience, cela reste malgré tout une théorie.
Cet atelier propose d’explorer des exercices axés sur la musculature profonde, qui enseigne comment sauter à l’aide de la colonne vertébrale. Ceci en corrélation avec la présentation : «  Neuromuscular and Neurophysiological Connections to Core Muscles, Source of Dance Technique and Artistic Expression » présentée plus tard dans la conférence.

Inhérent à la fonction neuro-musculaire de la colonne vertébrale existe ce que les Français appellent : « auto grandissement ».  Cette réaction à la pesanteur est due à l’action des muscles profonds. C’est une part naturelle de l’automatisme structurel de nos mouvements et nous avons besoin d’exercices appropriés pour en devenir conscient lors de leur utilisation.

Pour augmenter le potentiel du mouvement de la colonne vertébrale et créer une mémoire neuro-musculaire, c’est-à-dire une structure automatique du mouvement le long de ses courbes, nous devons augmenter notre perception. En visualisant comment les os, les muscles et même les organes  intérieurs participent  change radicalement la qualité des mouvements et permet de mieux apprendre.

Ce que j’appelle « l’exercice de l’accordéon » est une clé pour la compréhension de l’élasticité de la colonne vertébrale et sa qualité de « respiration ».  En premier lieu est la compréhension du principe de « repousser » la pesanteur. Contrairement au baron Münchhausen, nous ne pouvons pas nous soulever de terre en nous tirant par les cheveux ! Augmenter  la force et les fonctions des muscles profonds  créent des petits mouvements le long de la ligne centrale du corps, améliore l’alignement, et augmente l’espace entre les vertèbres. La souplesse et l’équilibre sont améliorées, et conséquemment les muscles superficiels peuvent être relaxés. La mémoire neuro-musculaire et psychologique développée de cette manière peut-être utilisée pour sauter avec la colonne vertébrale. Neurophysiologique, car le sens musculaire des muscles profonds ne peut être séparé de l’émotionnel. L’état émotionnel, qui fait que la colonne vertébrale se tasse et s’étire, comment cette information peut, d’un point de vue de technique, artistique, ainsi que physiologique, sera explorée.

Sommes-nous triste parce que nous laissons notre colonne se tasser ? Ou laissons-nous notre colonne se tasser parce que nous sommes tristes ? Pouvons-nous laisser notre colonne se tasser et ne pas être triste ?  seulement relaxé, oisif ou fatigué ? Est-ce que maîtriser les mouvements avec les muscles profonds veut-dire que nous pouvons maîtriser nos émotions ?

« L’exercice de l’accordéon » (inspiré par Danis Bois, fondateur de la Fasciathérapie et Gymnastique Sensorielle) peut être fait assis sur une chaise ou debout. Mais pour « réveiller » autant de fibres des muscles profonds que possible je préfère utiliser un objet mobile et particulièrement un Overball®, sentir la colonne vertébrale, les différents diaphragmes et organes, leur relation entre eux et avec la pesanteur, tout cela, ensemble dans un seul exercice. Danis Bois propose que nous devenions conscients des mouvements inhérents aux tissus conjonctifs (fascia) et les attendre pour initialiser chaque mouvement. Pour ce faire, nous devons nous arrêter et attendre. Il appelle cela « Point d’appui ». Si vous ne pouvez pas sentir le mouvement du fascia, commencer le mouvement quand vous le voulez.
Lorsque vous intégrer le concept de la structure accordéon neuro-musculaire à la barre, sauter en union avec la colonne devient évidente. Soulager les jambes de son poids, leur effort devient secondaire et, sinon sans effort, sauter devient moins un effort et l’élévation s’améliore.

Préparation:

Asseyez-vous sur l’Overball™, les jambes tournées vers l’extérieur, les genoux fléchis, les mains sur les genoux et les yeux fermés si possible. Prenez conscience de la pesanteur que votre corps exerce sur l’Overball™, et de la poussée vers le haut que l’Overball™ exerce sur le bassin et la colonne vertébrale. Le côté mécanique de l’exercice est le suivant : laissez votre colonne vertébrale se tasser, devenir lasse, vieille, fatiguée… La tête doit être droite, et les yeux, même fermés, doivent rester horizontaux durant tout l’exercice. Ceci est important même si la position peut paraître étrange à des danseurs entraînés. Arrêtez et attendez, redressez-vous, assurez-vous de ne pas vous pencher en arrière et soyez uniquement attentifs à « l’autograndissement ». La visualisation et l’imagination sont les clés de la compréhension de cet exercice. Afin d’encourager les images individuelles, je propose ce qui suit pour démarrer:

1er accordéon:


Sentez le poids du coccyx s’enfoncer dans l’Overball™, imaginez chacune de ses quatre parties devenir de plus en plus lourdes ; dans votre imagination, laissez-les se comprimer.
Procédez de la même manière avec l’os sacral et ses cinq éléments. Remontez la colonne vertébrale en visualisant chaque vertèbre (j’imagine des disques vertébraux tristes et tassés).
Imaginez alors que votre tête pèse une tonne. Pausez. Prenez le temps d’écouter votre corps, synchronisez votre sens proprioceptif. Lorsque vous ressentez le désir de redresser votre colonne vertébrale, placez vos pensées au niveau du coccyx et repoussez l'Overball™, en imaginant chaque vertèbre jusqu’à ce que l’occiput (la tête) repousse l’atlas (je vois des disques vertébraux joyeux et souriants).

2ème accordéon :


Cette fois-ci, ressentez le poids de votre tête et imaginez qu’elle pèse une tonne. Son poids tasse les vertèbres une à une et celles-ci deviennent à leur tour lourdes. Pausez. Imaginez
maintenant votre tête remplie d’hélium et laissez-la s’envoler comme un ballon, suivie par la colonne vertébrale. Prenez un instant pour décider laquelle des versions vous préférez, le repoussé ou l’élévation ?

3ème accordéon :


Visualisez simultanément le repoussé du coccyx de l’Overball™ et la tête remplie d’hélium s’élevant dans les airs. Pour prendre conscience de l‘interconnexion, concentrez vos pensées sur le coccyx, le bassin ou la zone lombaire et constatez comment ceux-ci et le cou se meuvent à l’unisson. Faites une pause et imaginez simultanément la tête et le coccyx qui s’enfoncent dans l’Overball™. Jouez avec les différentes versions et prenez le temps nécessaire pour profiter des courbures de votre colonne vertébrale.

4ème accordéon :


Concentrez vos pensées sur les différents diaphragmes, sentez le diaphragme pelvien décoller
de l’Overball™, sentez leurs forces opposées, n’oubliez pas l'arche de la bouche et les couches crâniennes. Maintenant inhalez et expirez plusieurs fois, et imaginez à chaque
expiration votre colonne vertébrale qui s’affine et s’allonge.
5ème accordéon : Faites bouger cet accordéon avec fluidité en utilisant la ou les images qui vous plaisent. Dans votre imagination, faites respirer votre colonne vertébrale.